Choose another country or region to see content specific to your location.

Articles techniques

Articles techniques

Comprendre les changements apportés à la législation sur les gaz à effet de serre fluorés ainsi que le développement de l’Airduster Zero™, à l'horizon 2018 et au-delà

DE GB

Jade Bridges, chef du support technique chez Electrolube, apporte un éclairage précieux sur les conséquences liées aux modifications de la législation sur les gaz à effet de serre fluorés et détaille les mesures prises par Electrolube pour produire un gaz dépoussiérant innovant qui satisfait l'intégralité des exigences de la législation.

Un aérosol à gaz comprimé, également connu sous le nom de gaz dépoussiérant, possède une grande variété d’utilisations dans de nombreux domaines de l’industrie ainsi qu’à la maison. En effet, les gaz dépoussiérants permettent d’éliminer rapidement la contamination aérienne des endroits où se trouve du matériel électrique et électronique, soit trop fragile pour être nettoyé à la main, soit trop difficile à atteindre.

Vous avez peut-être l'impression qu'un gaz dépoussiérant n’est qu'une cannette remplie d’air comprimé, mais cela n’est absolument pas le cas. Dans la majorité des cas, des gaz propulseurs sont utilisés afin de garantir au pulvérisateur une plus grande longévité. C'est le choix des propulseurs qui a conduit, au fil des ans, à une multitude de technologies différentes pour les aérosols.

Les premiers gaz dépoussiérants utilisaient des chlorofluorocarbones (CFC), gaz propulseurs ininflammables qui affichaient une bonne performance, mais dont les effets nocifs ont appauvri la couche d’ozone de la Terre. En effet, celle-ci s’est appauvrie de façon importante au-dessus de l'Antarctique, et en 1989 le protocole de Montréal a finalement été annoncé. C'est un traité international visant à protéger la couche d’ozone en abandonnant progressivement la production et l’utilisation des CFC, ainsi que d’autres substances identifiées, à l’époque, comme étant responsables de l’appauvrissement de la couche d’ozone. Dans les années 1970, lorsque l’endommagement de la couche d’ozone a été constaté pour la première fois, des travaux pour trouver des solutions de substitution avaient déjà débuté. Celles-ci comprenaient les hydrochlorofluorocarbones (HCFC) ainsi que les hydrofluorocarbures (HFC) exempts de chlore, notamment HFC-134a. Depuis cette époque, le HFC constitue le gaz propulseur principalement utilisé dans les aérosols de gaz dépoussiérant. Le butane ainsi que d’autres gaz organiques sont également utilisés.

Cependant, depuis quelques années, puisque l’Europe et le reste du monde commencent à s’attaquer à plusieurs objectifs proposés par la législation, c'est désormais l’abandon progressif des HFC qui est visé. A l’échelle européenne, la législation principale axée sur ce problème est le Règlement CE No 842/2006. Il a considérablement limité l’utilisation des HFC, tandis qu’une interdiction totale de son utilisation comme réfrigérant dans les équipements de climatisation automobile existe depuis 2011. Parmi les modifications supplémentaires apportées à la législation se trouve le règlement EU No 517.2014, qui est entré pleinement en vigueur le 1er janvier 2015. Le règlement EC 846/2006 a été par la suite abrogé afin d’être remplacé par une législation de plus grande envergure, dont l'objectif est de réduire d’ici 2030 l’utilisation des HFC à un cinquième des niveaux de 2014.
Parallèlement à ces nouvelles législations globales qui commencent à peser dans l’UE et même dans le monde entier, certains pays imposent également des taxes sur l’utilisation des HFC. En 2001, le Danemark a été le premier pays à instaurer une telle taxe, et la Norvège l’a rapidement suivi en 2003. Depuis lors, la Slovénie et l’Espagne ont également commencé à imposer l'importation et l’utilisation des gaz fluorés. Hors d’Europe, le Canada, la Nouvelle Zélande et le Japon envisagent des taxes pour lutter contre l’utilisation des gaz fluorés.

Pays

Taxe prévue sur le HFC-134a par TéqCO2 (€)1

Norvège

55,3

Danemark

28,8

Slovénie2

3,7

Espagne3

26/22.

1) Toutes les informations au sujet des taxes ont été trouvées sur http://www.r744.com
2) Lors de l'installation vous ne payez que 5 % de la taxe. En cas de recharges, l'intégralité de la taxe est prélevée
3) En Espagne, on trouve deux taux de taxes, le plus bas sappliquant au 134a recyclé ou récupéré

Réchauffement climatique

En raison de l’augmentation des taxes ainsi que du retrait imminent des HFC-134a et des autres gaz considérés comme des réfrigérants et des gaz propulseurs pour les gaz dépoussiérants et les autres aérosols en général, les fabricants se sont mis à rechercher des solutions de remplacement. Néanmoins, une fois que cette législation aura été mise en application, il faudra surmonter une autre difficulté : le potentiel de réchauffement global (PRG) maximal d'un gaz propulseur ne doit pas dépasser 150. Cela doit prendre effet le 1er janvier 2018 et, selon les indicateurs, ce chiffre se réduira davantage à l’avenir.

Le PRG est une mesure relative pour savoir quelle est la quantité de chaleur qu'un gaz à effet de serre capture dans l’atmosphère. Elle compare la quantité de chaleur piégée par une masse donnée du gaz à effet de serre (HFC-134a, par exemple) à la quantité de chaleur piégée par une masse similaire de dioxyde de carbone (dont le PRG est, selon la norme, de 1). Le PRG du HFC-134a est jusqu’à 1 300 fois plus important que celui du dioxyde de carbone. En résumé, cela signifie que votre gaz dépoussiérant, qui utilise le HFC-134a, ne sera plus fabriqué après le 1er janvier 2018.

Cet abandon progressif du HFC-134a en tant que gaz propulseur viable pour les aérosols dépoussiérants a suscité une demande de substituts. Dans ce domaine, Electrolube a innové en produisant une nouvelle technologie unique pour sa gamme de gaz dépoussiérants. La société a envisagé plusieurs possibilités au cours du processus de développement, y compris les hydrofluoroléfines (HFO), en particulier HFO-1234ze. Les premières réactions ont été positives et le gaz propulseur a été considéré comme un choix viable, mais l’engouement est rapidement retombé en raison du coût prohibitif de ce gaz. Electrolube s’est vite rendu compte qu’un aérosol dépoussiérant rempli de gaz HFO n’offrirait pas un niveau de prix suffisamment compétitif par rapport aux produits contenant du HFC déjà existants.

La technologie qui a finalement été choisie pour le nouveau produit Air Duster Zero™ d’Electrolube utilise de façon novatrice une substance absorbante au charbon actif. Puisqu’il se substitue aux gaz propulseurs d’aérosol traditionnels tels que les hydrocarbones inflammables et les HFC, néfastes pour l’environnement, l’Air Duster Zero, entièrement non toxique et inodore, utilise du dioxyde de carbone recyclé afin de présenter de nombreux avantages supplémentaires pour l’environnement, la santé et la sécurité, comme l’absence de réduction de la qualité de l’air ambiant.

Air Duster Zero™ est un aérosol de gaz dépoussiérant ininflammable et toutes positions, dont le PRG est de 1 seulement. Il est absolument inodore et, surtout, il peut promettre qu'il ne nuira pas à l’atmosphère (pas d’effet remarquable sur la couche d’ozone). Par conséquent, il satisfait à toutes les exigences du protocole de Montréal.

Problèmes de développement

L'inflammabilité constituait un élément clef au cours du développement de la technologie liée au gaz propulseur de l’Air Duster Zero, notamment parce qu'elle peut servir à nettoyer du matériel sous tension. L'utilisation d'un propulseur inflammable, comme le butane, n’était tout simplement pas envisageable car la plus petite étincelle provenant du matériel sous tension pourrait littéralement transformer un aérosol de gaz dépoussiérant en un lance-flamme miniature. Tandis que cette considération de sécurité essentielle a sensiblement limité les possibilités de choix, l’Air Duster Zero™ contourne soigneusement le problème en utilisant un gaz ininflammable : à savoir, le dioxyde de carbone.

Pendant le développement de l’Air Duster Zero, le dernier obstacle à surmonter consistait à trouver le niveau de prix correct pour l'utilisateur final. Electrolube a cherché à développer un produit qui pourrait être intégré au sein du catalogue avec une étiquette de prix similaire, et ce afin de minimiser toute perturbation possible de l’interdiction du HFC-134a sur les chaînes d’approvisionnement. En raison du coût énergétique élevé associé à la fabrication du HFO, il a été décidé que le HFO-1234ze n’était pas une option puisqu'il aurait été considéré comme trop cher par rapport aux produits actuels ininflammables pour le proposer en tant que substitut performant.

Aujourd'hui, l’Air Duster Zero™ et son approche novatrice pour distribuer du gaz CO2 recyclé et inerte fournit non seulement une solution sûre et durable pour les utilisateurs de gaz dépoussiérants techniques, mais également un produit de substitution dont la conformité avec toutes les législations actuelles et futures ne fait pas de doute.

Jade Bridges, chef du support technique chez Electrolube

www.electrolube.com